Je vous le fais dans le style de la fiche d'identité que l'on rencontre sur les blogs

Pseudo : françois bonneau - Sexe : homme - Date de naissance : 28/05/1950
Taille
: 178 cm - Carrure : moyenne -  Style : décontracté - Yeux : bleus
Ce que j'aime le plus : Les chansons, la musique, les "barbouilloux"
(gâcher de beaux papiers à dessin hors de prix, avec des peintures onéreuses)
Mes loisirs : Rêveur perdu dans un monde à la noix,
j'essaie de trouver un bout de terre pour couler des jours heureux.

Il y a fort longtemps, à l'époque glorieuse des chanteurs en costumes,
irréductible, je continuais à me la jouer "à la Brassens"..
Chemise 'indienne" , pantalon "djin", tignasse longue et barbe.

(Membre de la SACEM depuis le 2 juillet 1981)

En 2010 j'écrivais : Me voici de retour longtemps après, un peu changé dehors mais toujours frais dedans...
Quelques chansons dites "à texte", dans une inspiration "à la Brassens",
pour partager des émotions et des plaisirs...


-----------------------------
Biographie

Accueil




Mentions légales

 A partir de 2011 (inclus) et jusqu'à aujourd'hui, consulter la rubrique  "Actualité"

Remontons le temps au delà de 2011...
Pour une meilleure lecture de la page, aller jusqu'en bas puis remonter lentement en lisant le texte...

2010 : commencent de longues vacances en Ardèche où il reprend contact avec des amis de longue date...
Se lance dans la peinture avec des professeurs. Voir dans "Actualité" et dans "Aquarelles"


2008... Reprend la guitare avec plaisir dans les fêtes privées organisées à l'occasion d'anniversaires ou de spectacles ponctuels.

         

© photo Marie-Charlotte Bonneau)                                                                                            © collection personnelle


2003
Débute vraiment l'aquarelle en 2003 en reproduisant quelques dessins, encouragé par sa plus jeune fille pour qui il met un bateau en couleur.



Puis de 2003 à 2010 s'entraine à des peintures, en suivant des exercices dans des manuels du commerce ou en s'inspirant de photographies...


En 2000, il a 50 ans.
Une amie des années "lycée", quinquagénaire elle aussi,
se rappelle à son souvenir pour l'inviter à son anniversaire.

     - "Super, qu'est ce que tu veux que je t'apporte? "
     - "Rien, tu n'as qu'à me faire une chanson"...

Alors pendant quelques semaines il gratte, écrit, répète et tente de recoller les morceaux cassés il y a un peu plus de 15 ans.
Et c'est avec la chanson "les quinquagénaires" qu'il retrouve le chemin des pupitres...


© collection personnelle

1995 : C'est sans doute ce que l'on veut dire en parlant de quelqu'un lorsqu'on dit de lui qu'il "se prend pour sa photo"...


© photo "de classe" - collège

1990 : Passe le concours de chef d'établissement et devient Proviseur-Adjoint dans l'Aube.

Expérience nouvelle, difficile, mais le souvenir des moments de "régime forcé" font passer le temps plus aisément.
La naissance de la petite dernière est un rayon de soleil irremplaçable dans cet univers de grisaille.


© collection personnelle

1984 : Confronté à la dure réalité des frigos vides doit se résoudre à reprendre le chemin de l'école...

Retourne en Bourgogne où il pose ses guenilles à Cosne sur Loire... 
Rasé de frais... retour devant les élèves comme si rien ne s'était passé.
Commence alors un long divorce avec sa guitare...


© photo Michel Bonneau

1982 - Les cachets sont maigres, même si le bonheur est grand.
Bénéficie dans le village où il réside (L'Etraz - près de Saint Michel de Maurienne) de la présence affectueuse d'amis proches
dont la générosité et la table ne lui feront jamais défaut...


© collection personnelle

1981 : Pour son 3ème contrat, se retrouve  en première partie du groupe "Pierre Yves et Christophe"
le 16 janvier 1981 au Théâtre de Saint Jean de Maurienne (73).

Le contrebassiste du groupe (Michel Doyard) l'accompagnera pendant quelques années dans ses tournées et sur son premier disque...




© photo Robert Berger-Sabattel

1980 : Muté à sa demande en Savoie, il s'y retrouve seul...
Découvre les joies de la montagne en ayant l'impression d'habiter dans une carte postale...

Le courage et sans doute un peu d'inconscience, le poussent à se lancer dans la chanson.
Se met en disponibilité de la fonction publique et court les cachets dans les maisons familiales
et les centres de vacances qui sont nombreux à la montagne.

             
© photo Michel Bonneau

1975 : Devient professeur

 il a toujours pensé qu'il faut faire son travail sérieusement, mais sans se prendre au sérieux...
Continue de gratouiller la guitare en rongeant son frein de chanteur raté et d'artiste qui se croit maudit.


© collection personnelle

1970 : Se retrouve en Faculté pour préparer le DEUG maths sciences-physique.
Passe la première année sans trop de problèmes.
Poursuivra pendant 3 ans, sans jamais la rattraper, la deuxième année du diplôme...

Un concours d'enseignant, PEG de CET, réussi enfin à 24 ans, l'envoie à Saint-Dizier (52) pour une première affectation...


© collection personnelle

1968 : Entre à l'INSA de LYON (école d'ingénieur) et entame une période d'errance et de recherche...

Tout d'abord une immense révélation.
Ayant été choisi par ses pairs pour être le "bizuth étalon" chargé de représenter la promo lors du baptème "folklo",
se retrouve sur une scène à faire le guignol devant 1500 étudiants en délire.

C'est le coup de coeur : "C'est ça que je veux faire plus tard"

Les joies d'une parternité précoce et le renvoi de l'école pour indiscipline notoire
et absence de travail caractérisés décident autrement de sa destinée.

    
(c) collection personnelle



1967 : La classe de terminale C étant fermée pour effectifs faibles il intègre le lycée Jacques Amyot à Auxerre
où malgré sa participation active aux "événements de mai 68" il décroche un bac C avec mention AB.


© collection personnelle

Choisit l'option dessin au Bac où je réussis à gagner quelques points.
Voici une "oeuvre" de l'époque, retrouvée dans les archives familiales...




1960 : Apprend le solfège à 10 ans et le violon à 11 ans avec madame Desol (à Clamecy).

Entre en 6ème au lycée Romain Rolland de Clamecy
(à l'époque le lycée allait de la 6ème à la terminale)

Se lance à sa demande,  pendant 3 ans dans l'accordéon diatonique (Fratelli Crosio 80 basses)
avec monsieur Kaiser (d'Auxerre)... Fera encore avec lui une année de saxophone (Selmer).
    
Passe son temps chaque soir à faire 2h de musique
dans la salle de classe de l'école de campagne où ses parents ont été nommés.

Découvre le dessin à l'école primaire et y trouve beaucoup de plaisir,
gribouillant sur ses cahiers de brouillon des petits bonhommes et des paysages imaginaires.

Un temps, à l'âge de 15 ans, se lance dans la bande dessinée

Reste très reconnaissant vis à vis de ses professeurs
qui lui ont redonné le goût de l'effort (ils lui ont botté le c... oui ! )


© Collection personnelle

Donnera toute sa vie cette impression de dilettante pour dissimuler le travail fourni en cachette avec une devise:
travailler dans la joie, mais ne pas se prendre au sérieux.
Fait ses classes primaires dans l'école de ses parents comme beaucoup de "fils d'instits"

                
© collection personnelle

1954 : Après quelques essais de divers sports mécaniques,
opte définitivement pour la bicyclette...

                 
© collection personnelle

Découvre la tendresse dans les bras de sa nourrice, dont il adoptera définitivement le sourire.


© collection personnelle

Fait ses premiers pas dans une école de campagne plantée au milieu de nul part...


© collection personnelle

1950 : Naissance au coeur du Morvan, dans une famille d'instituteurs
dont il héritera une certaine forme de culture et qui lui rentrera de force le goût du travail bien fait...


© collection personnelle




Retour